Léo en Amérique du Sud

Il y maintenant 4 mois, notre pote Léo est parti seul en Amérique du Sud, il y a deux jours il était à Popayan en Colombie. Je trouvais intéressant de faire découvrir son expérience à travers quelques écrits et des photos. :)

[je ne met ici que des bribes de carnet de voyage de léo et les photos ne sont pas en rapport chronologique avec le texte]

1 mars 2012 13:23 (Pérou > Equateur)

J’apprends les formalités pour passer une frontière, je traverse le pont, j’arrive en Équateur ! Je prends un camion aménagé (des bancs et un toit) pour 2h de route, direction Zumba. Première côte le camion patine dans la boue, ça avance plus. Le chauffeur sort la corde, on tire le camion sur 20 mètres. Normal. Le camion prendra son élan pour les prochaines côtes !

Arrivé a Zumba, je demande où prendre un bus pour Vilcabamba, je tombe sur une dame d’une agence qui part de suite rejoindre un bus bloqué sur une route. Je vais avec elle, à l’arrière d’une jeep ! J’ai l’impression de faire un safari, c’est génial. On rejoint le bus 30 minutes plus tard, deux trois coups de pelleteuse et ça repasse ! Le chauffeur a décidé de rattraper son retard (ou de faire la course avec un bus qui nous a doublé), c’est sportif ! J’avais jamais vu un bus déraper !


12 mars 2012 11:50 (Chimborazo)
Je pars le lendemain pour la “Casa Condor” à 3800 mètres (le temps de m’acclimater à l’altitude) : Un hôtel aménagé par un petit village indien au pied au Chimborazo. Je vais me balader un petit peu, direction la “Piedra Negra” qui domine la vallée. Je me pose une bonne heure là haut à l’abri du vent, goûter ! J’ai le droit aux lapins, aux lamas et même a un couple de rapace qui chasse au dessus de moi.

Quand je demande si je vais pas être trop lourd avec mon gros sac il me répond que d’habitude ils montent à trois sur la moto.. Ok, c’est parti ! Arrivé, il me montre le chemin et s’en va. Alors là ça commence a être galère, un vent glacial avec de la pluie.. J’arrive dans la forêt, autant de végétation a 4400 mètres c’est incroyable. Goûter !

24 mars 2012 12:59 (Latacunga – Cotopaxi)

En attendant devant l’office du tourisme, qui n’ouvrira jamais, je rencontre un mec qui bosse pour la ville avec qui je discute deux bonnes heures, et qui décide de m’emmener faire le tour de la ville en voiture. Il me parle aussi des spécialités culinaires de la ville, dont une plus particulièrement qui s’appelle Guaguamama, il m’emmène sur un marché pour me faire goûter : C’est pas mauvais, ça ressemble à du foie, je sais que c’est de la vache, c’est tout. En rentrant je me renseigne sur ce drôle de truc, j’apprends que j’ai en fait mangé du placenta de vache.. C’était pas mauvais mais je suis pas sûr que j’aurais goûté si j’avais su, et je recommencerai pas je pense..

Les gens sont adorables, je discute environ 2h avec la gérante. Avant d’aller dormir je découvre qu’ils font aussi boulangerie… je reste 2h de plus dans le local où ils font les empañadas (pain fourré au fromage, légume ou viande). Sorti du four c’est délicieux. Première fois que je rencontre des gens aussi ouverts et gentils.

On marchera environ 5h le premier jour. Le chemin est pas très clair, on manque de se perdre plusieurs fois. On rencontre pas de chiens, bonne nouvelle. Traversé d’un pont à la Indiana Jones, avec les planches manquantes ou branlantes…

En plein milieu du chemin je croise deux chiens, la gueule en sang, en train de bouffer une charogne. J’applique la technique apprise la veille : faire semblant de ramasser une pierre, lever la main et gueuler. Ça marche ! Soulagé.

Le soir je vais manger avec Pierre et la suisse de Chugchilan et un espagnol qui va s’avérer être mon compagnon de route pour le sommet du Cotopaxi. Lendemain repos, discussion avec Adolfo l’espagnol, 60 ans, qui a bossé une dizaine d’année dans la marine marchande, très sympa !

1h20, mes piles lâchent et j’apprends à mes dépend qu’avant d’utiliser des piles rechargeables neuves..bah il faut les recharger.. (Heureusement le guide a une lampe de rechange) Arrivé au glacier, on s’encorde. Et là ça commence, 7h de montée, beaucoup de brouillard, des crevasses, neige friable… Pas beaucoup de pause, mes yeux se ferment tout seul. Un vrai zombie, marcher sans réfléchir.

Je suis monté à 5897 mètres, content de l’avoir fait ! J’ai appris plus tard que Rambo, mon guide, n’était pas très aimé de ses collègues parce que quelque soit le temps, il monte.

 27 avril 2012 12:51 (Quito)

J’ai quitté Puyo le 08/04 vers Tena, une ville un peu plus au Nord, à la frontière de l’Amazonie. Il fait une chaleur terrible, et l’humidité la rend pire encore, c’est poisseux. Je trouve un hôtel tranquille, il n’y a personne ! Lendemain, direction le parc naturel au centre de la ville : Isla Amazonia. Traversé du fleuve en “pirogue” et je rejoins un sentier pour un petit kilomètre. Les cadavres de mygales me font regretter d’être venu en tong, je fais pas le malin.

Lecture sur le mirador, à la cime des arbres.

Je trouve l’hôtel “Blue House”, recommandé par plusieurs personnes. C’est pas cher effectivement, mais c’est dégueulasse. Dans ma chambre des bouteilles et des verres d’alcool et des fringues partout. Je la partage avec 3 autres personnes, dont un anglais qui commence à picoler à 11h, avant de cacher sa bouteille sous son oreiller et un autre qui reste dans son lit (caché derrière un tissu) toute la journée avec son pc que j’aurais vu seulement une fois quand il est sorti s’acheter une pizza, à emporter. La serviette qui recouvre une flaque au milieu de ma chambre au réveil me décide définitivement à quitter l’hôtel.

27 avril 2012 12:51 (Équateur – Colombie)

Direction Colombie -je voyage depuis une petite semaine avec Vanessa, une Allemande- ! Petite appréhension, pas fan des frontières. Combi jusqu’à l’immigration, quasi personne c’est bien parti. Finalement au bout 1h30 je peux passer. On reprend un bus qui doit nous emmener à Popayan, à 7/8h d’après le chauffeur. On mettra 9h30. Mais les paysages sont grandioses, ça me fait penser au nord du Pérou. On s’arrête dans la soirée pour manger mais j’ai à peine de quoi payer le taxi en arrivant (seulement des dollars) alors on se contentera de les regarder…

J’ai retiré l’équivalent de 225 euros, soit 520 000 pesos. C’est impressionnant, impression de jouer au Monopoly.
On passe une journée à Popayan, la ville blanche. C’est magnifique. Échange de livre, visite d’un musée (première fois que je vois un Picasso) où le garde reste avec nous tout le temps et nous explique les mots qu’on ne comprend pas puis prend le temps de nous dire ce qu’on peut faire en ville.

On repart le lendemain vers San Augustin. Maintenant je vais aller me renseigner pour voir si je peux pas trouver une mission de volontariat dans le coin, ça me plairait bien. Ne serait-ce que pour économiser un peu, la Colombie est plus cher et le pays est grand !

Sinon le petit bilan de l’Équateur : J’y ai passé 55 jours, dépensé 18 euros par jour dont : 29% dans l’hébergement, 36% dans la nourriture/boisson, 7.5% dans les transports et 30% pour les extras (achats, agences ( Ascension Cotopaxi), entrées diverses et Internet). L’hôtel le moins cher 4$ , le plus cher 12$. Plus grosse dépense en une fois : l’ascension du Cotopaxi : 170$.

Autrement depuis le début du voyage, j’ai passé 118h dans les transports (seulement le transport entre les villes).

Pour avoir un aperçu global sur une carte : g.co/maps/b86gn
Pour toutes les photos : flickr.com/photos/guellec31

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.