Special Interview / Lenparrot

a2083409360_102

Interview with the french pianist and singer Romain Lallement aka Lenparrot. [french version at the end of the article]
__________________________

Can you introduce yourself?

My name is Romain Lallement, I’m 27, I’m author, composer and performer.
My solo project is called Lenparrot. Amongst my other projects, I have been keyboardist for three and a half years and for Raphael D’Hervez and his solo project, ‘Pégase’. I’m also the singer of ‘Rhum for Pauline’, the band with which I started 9 years ago.

Are you the only one working on the Lenparrot project?

Lenparrot is a actually a trio in the city but a duo on stage, and there’s other people gravitating around. I write, compose, produce and arrange everything. Nicolas Bataille produced all the Lenparrot tracks – his personal project is called ‘Maethelvin’. I also work with Olivier Deniau, both on stage – he plays keyboard, the choirs and the machine – and in the studio, for the production and arrangement. I’m pretty neophyte with the computers. Basically, I’m pianist and keyboardist, Nicolas is helping me mastering softwares like Logic or Ableton. This naive relation with technology allows me to entirely focus on the songs, I have a really clear idea of what I want to do and that other pair of hands can control a bit. This is a project between friends, they know my universe and help by giving their opinions about the arrangements, in order to enhance things.

Are you from Nantes?

I was born in Paris. I lived there for 10 years, I’m living in Nantes since 2004.

Does Nantes and its atmosphere inspire you for your compositions?

Yes, well especially the experiences and memories. I want to muddy the waters, this is what I find original. In my videos you can recognize parts from Nantes or New York City. In the music videos created by Johanna Benaïous and Elsa Parra, things are more opened, we don’t want to put that much references. In my first song, ‘Les yeux en cavale’, the narration is a bit too straightforward, while I prefer the interpretation and reading levels, the story might be too characterized.

How did you get in contact with Atelier Ciseaux?

I discovered Atelier Ciseaux when they released one of the Tops album, a Montreal band. I spent some time listening to the label’s stuff.
I worked at the ‘Bar du Coin’ in Nantes for a few years where I was in charge of the musical programmation. In 2014, I booked ‘Police des Moeurs’ – which is another Atelier Ciseaux’s bands – and Rémy Lafitte (founder of the label) acted as “tour manager” at this time, that’s how I met him. I sent him “les yeux en cavale” saying that I would love to work with them, he agreed, I was really glad.

What’s the essence of the Atelier Ciseaux project?

Rémy Lafitte would talk about it better than me, but I think his premise and the ethics he tries to defend is to avoid setting limits and trying to release things he likes. This is a little house, a discrete label with really sensitive projects and something pretty independent in its nature. He doesn’t look for the ‘hit’, he’s into a new defence of the emotion. When he’s seduced, he just goes without asking questions. There’s some really beautiful and refined things in his catalogue – Best Coast, is a good example.

Can you tell us more about your visual identity?

Whether it’s for Elsa and Johanna (music videos) or for ‘A deux doigts’ (Anne Chamberland & Grégoire Canut, graphic design), we have a trustworthy relationship. I believe there’s mutual respect and a full confidence in their respective works as well as a common desire – not to do only a ‘one-shot’ thing but – to create something beautiful which is an integral part of my universe. Lenparrot is my solo project but they are a core part of it. Most of the time we talk about what the song is about.I love the allusions and implied references. The name ‘Lenparrot’ is one of them. It’s a reference to Baxter Dury’s first album called ‘Len Parrot’s Memorial Lift’ (2002), which means a lot for me and which is pretty different from what he did after, but I found it really effective. This music sounds like a modern reinterpretation of the Velvet Underground, without the experimental side. When we work on the visual and graphic identity, we first discuss a lot about the references of the song’s name, Sometimes I give them a clear idea from the title, the lyrics or the general atmosphere and they have ‘carte blanche’. What’s interesting is that they didn’t limit themselves to a basic reading of my story.

Why English?

In order to hide. With Atonin Pierre (guitarist of ‘Rhum for Pauline’), we set up the ‘Souterraine Party’ at the Lieu Unique, an exclusively french set, and I realized that my voice tone is different. This is also my influences, I grew up surrounded by the American and British culture. I want to include myself in a wave of English pop because I feel the language sounds differently and I find it pleasant. Moreover, this language is international, it travels.

Have you ever had the chance to do concerts abroad?

I played once in a festival in England with Julien Gasc (@ Tower Hamlets Cemetery Park, London / July 28th 2015), that was an amazing experience. There’s something being French, playing mostly in France and singing in English, the audience can remain in the vagueness. When I played in London, the public could potentially understand everything, that was rather thrilling.

What do mean when you say that the English allows you to hide?

Too frequently, I find that the french public categorize you a bit precipitately, directly stamp you “chanson à texte” (lyrics song) when you sing in French. I consider that I do ‘minimal pop’ and in English it makes it, everybody finds it normal, I doubt I could say the same things in French.

You were talking about a voice with RnB tones, is it a reference to D’Angelo?

A reference I don’t know but he’s someone I have a lot of consideration for. The album ‘Voodoo’ (2002) is a masterpiece. Maybe in an even more obvious way because I listened to it a lot few years ago, I think the latest mind-blowing album in this new soul RnB style is ‘Channel Orange’ (2012) by Frank Ocean.

LENPARROT SELECTION HD-20 © Marin Brousse

Have all your childhood influences – video games, music, tools, books – inspired you for this Lenparrot project?

Yes of course! But not really for the video games, I’ve never been a gamer.

Maybe that’s why you have less connexion with the electronic music?

Yes maybe – I’ve never been tinkering my Super NES or my GameBoy to create music. Music has always been my main source of inspiration, my source of creation. The discovery of ‘Queen’ when I was 5 years old has been something that has upset my life. Yes, I play with reminiscences, memories, there’s a lot of this type of things. Even when I was a teenager, even though I’m not that old. There’s a lot of readings indeed. The graphic novels by Daniel Clause are parts of what stayed in my mind – the universe he deploys, the things told and the very pragmatic way of writing. To talk about completely unreal stuff, a bit nightmarish world, always at the edge – like the fictions of Charles Burns, I love these too.

With which instrument did you begin when you were a child?

My first instrument has been the piano. Then, I’ve played percussion for a long time. I think I would be a pitiful drummer today, however, playing with percussions and drums helped me giving a lot of importance in the articulation of rhythm sections of Lenparrot. Like a game with a square structure in front of you and you having fun dismembering it in order to create something deliberately wobbly. I find it more interesting than a simple two four.

In which format was released Naufrage, your new EP?

Aquoibonism which is my first EP was released in a hundred of copies cassette tape, it was sold out very quickly in a month and a half, because I think there is an attachment to the object. Naufrage came out accompanied by Aquoibonism on side B on vinyl. The double EP is called Naufrage / Aquoibonism.

Any other projects?

I am beginning to shape a first album. Today I have a half or two-thirds (around eight or nine tracks) of what could be an album but I would like to have a little more to be able to choose and articulate everything rightly.

You seem to be really fast in creation?

Yes, I am pretty productive these days, it is also the result of this project, Lenparrot is born of the vital need to write – without emphasis. When I restarted it was very productive very quickly. There was a kind of upgrading, I wrote a track every two months, and then a track every month, and at the moment I am rather making two tracks per month, something like that.

What is your lifestyle?

I worked in a bar, the “Bar du coin” in Nantes for three and a half years, where I also did the music programmation, and I always played with ‘Rhum for Pauline’ and ‘Pégase’ in parallel. So I alternated my job and touring. I began to feel restrained by my job hours, so I stopped in March 2015 and I tried to have my ‘statut d’intermittent du spectacle’ (entertainment worker status), I’ll get it next week.

So you’ve been 100% in music for a year.

Yes, it’s been a particularly rough year financially, because I was not able to reduce my pace of life, and with 1,300€ less monthly, it was a bit disastrous. But it will get better and I know I made the right choice, it’s going to be easier. It was taking a risk, which is worth it. Today I feel more relax, but we would have meet three weeks ago, I was a bit anxious. It was the dark side of doing this, I had all my time, but cons, financial worries – although it’s temporary – really dragged me down. It’s not nice to be always on alert. It is also this risk to take to fully assume to be an artist, it is also to endanger myself, this is what I always wanted. Since I was 5 years old I have always told my mom I’d be Freddie Mercury.

Did you have other passions as a kid?

I did quite a lot of theater growing up before my music projects, I thought of becoming an actor, but no. I think I always wanted to make music and I always managed to tell myself that I would only be good at that. I didn’t let myself too many other choices. And to go back to being a full time singer, you can finally take responsibility and assume what it takes only when you decide to fully invest yourself in.

Would you like to write or compose music for films?

I have more or less experienced this exercise once with a friend, Cyril Pedrosa who is a cartoonist. He asked me to work on the arrangement of the music for a short film he wrote and directed. I’d love to do more, it’s a great exercise. In general I tend to visualize my songs before writing and arranging them, I think it’s also what is reflected in the music I write and it wouldl be really interesting to reverse the trend, to have the images in front of me and to find harmonies that can match. Félix Amadeus, who directed the music video of Les yeux en cavale, has different short film projects right now and I’m thinking to work with him on his projects.

According to you, what are the best conditions to listen to you EP?

It’s not ideal in background, I don’t want to sound snooty, but it is a music that requires some attention. It also is a nice object so I would say first thing first you should listen to it in vinyl, by yourself, with friends or someone you like, on a Sunday morning just after you wake up, with a cup of coffee, window open, the weather is nice… Or with headphones it is a good experience because there is a real refine work in the arrangement and there is an important part about silence and stripped of in the production.

Are you spontaneously listening to your EP yourself?

Yes sometimes I happen to listen to it maybe once a week, but I don’t know if I would answer the same in a year. But yes, because I can’t help to find the object very beautiful and to be very proud of it and very happy. But I really try to work, to have maybe a dozen tracks, actually I am aiming fourteen – I really like this figure – to reduce a little bit and to have ten, eleven, and tell myself what is actually my first album. I believe I’ll be able to finish it around the end of May, and then I’ll look for subsidies to produce it where I want, with the persons I dream of.

How do you compose your songs?

The inspiration can come anywhere, anytime, but it is often in my living room, when I am at my piano that I refine and finalize the songs I write. The last song I wrote, we were playing on live on France Inter, we were Olivier and I stressing out, and they had the really good idea to install a piano backstage. I tried to calm down by playing a bit, and something happened, with Olivier we thaught “Hey, that’s pretty good!”. I got back home and the day after I recorded it. I was very happy, it allowed me to untie something because I was beginning to rehash two or three songs that I know to be good, but I am paradoxically pretty slow to make them. I keep the tracks in my head a certain period of time, I got to think about them, work on them a lot before I decide they are done.

yeux_cavale

If you had to choose a color to define your project?

My covers are black and white, so I’d say between dusk and dawn, it is not dark night and at the same time it is not either « broad daylight ». There is an “end of a sunny day” color, early evening. And you can see it in the works of “à deux doigts”, there is a sort of darkness but it is not desperate and in the aesthetic work of the girls (Elsa and Johanna), it’s rather colorful, but behind the very bright colors, one can feel there is a sort of tension, an anxiety, it is an in-between.

We listened to the radio show Broken Art Club, had you already written Dévot at that time?

This show was a great exercise. It happened it two periods, like I said between the moment I write the piano part and the moment I record, I always give the things some rest, just to mature the track, and try to go a bit further. But very often the first one is the one, but I always have the opportunity to modify it. So at that time I had not yet settled Dévot so there was the basis of the piano and voice but I do not really know what I would do with it. I sent it to Christopher and Felicia for editing. And when I came back to Paris, they listened and asked me to send them a first version a bit arranged.

Do you have a lot a shows coming?

What is coming next in Nantes is at the Manoir de Procé April 3rd. I have a dozen of other shows until June, I hope going to festivals in the Summer. I’d like to play more, but it is ok.

What are you going to do now that this interview is over?

I’ll have some drinks with Lola, Arnaud and other mates.

Merci Romain !

– Interview by Anaïs Desneaux & Robin Palvadeau

 

LENPARROT SELECTION HD-15 © Marin Brousse

soundcloud.com/lenparrot

 


By the way,  the label Atelier Ciseaux organize a free party in Paris at the Supersonic, on April 15th!
They programmed their best musical discoveries : Lenparrot / Exit someone /  Colour me brittle

unnamed

Facebook Event


+ Version française :

Wertn : Peux-tu te présenter?
Lenparrot : Je m’appelle Romain Lallement, j’ai 27 ans, je suis auteur, compositeur et interprète. Quand je fais ça en solo, ça s’appelle Lenparrot. Parmi mes autres projets, j’ai été claviériste pendant un peu plus de trois ans et demi pour Raphael D’Hervez et son projet solo Pégase, et je suis au chant dans le groupe Rhum for Pauline, c’est le groupe avec lequel j’ai commencé il y a neuf ans.

Wertn : Lenparrot est un projet solo dans lequel tu es accompagné?
Lenparrot : Lenparrot est un trio à la ville et un duo à la scène, et il y a d’autres personnes qui gravitent autour. J’écris, je compose, je produit et j’arrange tout. Nicolas Bataille a produit tous les morceaux de Lenparrot, son projet à lui s’appelle Maethelvin. En production et arrangement, je suis épaulé par Olivier Deniaud, qui m’accompagne sur scène, il est au clavier, au choeur et aux machines. Je suis assez néophyte avec les ordinateurs. À la base je suis pianiste et claviériste, et Nicolas m’aide à maitriser des logiciels comme Logic ou Ableton. Ce rapport naïf à la technologie me permet de vraiment me concentrer sur les chansons, d’avoir une idée très claire de ce que je veux faire et que d’autres paires de mains peuvent contrôler un peu. C’est un projet entre amis, et ils connaissent mon univers, ils m’aident en donnant leur avis sur les arrangements, pour peaufiner les choses.

Wertn : Tu es de Nantes?
Lenparrot : Je suis né à Paris, j’y ai vécu dix ans et je vis à Nantes depuis 2004.

Wertn : Est-ce que Nantes et son atmosphère t’as inspirée pour tes compositions?
Lenparrot : Oui, enfin ce sont surtout les expériences et les souvenirs. Je tiens plus à brouiller la cartographie, ce que je trouve original. Dans mes videos, il y a certains moments où on peut reconnaitre Nantes et New York. Dans les clips de Johanna Benaïnous et Elsa Parra les choses sont plus ouvertes, on tient à ne pas référencer de trop. Il y a une narration un peu trop franche dans Les yeux en cavale, alors que je préfère les niveaux d’interprétation et de lectures, c’est peut-être une histoire un peu trop définie.

Wertn : Comment s’est passée ta rencontre avec le label Atelier Ciseaux?
Lenparrot : J’ai découvert Atelier Ciseaux quand ils ont sorti l’album de Tops, un groupe montréalais, j’ai chiné un peu sur ce label. J’ai travaillé au Bar du coin à Nantes pendant plusieurs années où je m’occupais de la programmation musicale. J’ai programmé Police des Moeurs, qui est un autre groupe d’Atelier Ciseaux en 2014, et Rémy Lafitte (fondateur d’Atelier Ciseaux) s’était improvisé « tour manager », c’est comme ça que je l’ai rencontré. Je lui ai envoyé “Les yeux en cavale” en lui disant que j’adorerais sortir quelque chose chez lui, il a accepté, j’étais très heureux.

Wertn : Quelle est l’essence du projet Atelier Ciseaux?
Lenparrot : Rémy Lafitte en parlerai mieux que moi, mais je crois que son postula et l’éthique qu’il essaye de défendre est ne pas se poser de limites et essayer de sortir des choses qu’il aime. C’est vraiment une petite maison, un label discret avec des projets d’une réelle sensibilité et quelque chose d’assez indépendant dans le caractère. Il ne cherche pas à faire du hit, il est dans une nouvelle défense de l’émotion. Quand il est séduit, il y va et ne se pose pas de questions. Il y a des choses très pointues et très belles dans son catalogue, il a sorti par exemple the Best Coast.

Wertn : Est-ce que tu peux nous parler de ton identité visuelle?
Lenparrot : Que ce soit pour Elsa Parra et Johanna Benaïnous (vidéoclips) ou que ce soit pour à deux doigts (Anne Chamberland et Grégoire Canut, graphisme), on a vraiment un rapport de confiance. Ce n’est pas seulement moi qui suis allé vers eux, je crois que qu’il y a une pleine confiance et un respect mutuel dans leurs travaux respectifs ainsi qu’une envie commune de pas seulement faire un « one shot » mais un truc joli qui fasse partie intégrante de mon univers. Lenparrot, c’est mon projet solo, mais eux aussi en font partie intégrante. On débute souvent avec des discussions préliminaires, sur ce que le titre raconte. J’aime les clins d’oeil, les références. Le nom même de Lenparrot en est un. C’est une référence au premier album de Baxter Dury qui s’appelle Len Parrot’s Memorial Lift (2002), qui est un album qui compte beaucoup pour moi et qui est très différent de ce qu’il a fait par la suite, mais que j’ai trouvé très efficace. C’est une musique qui ressemble à une relecture moderne du Velvet Underground, le côté expérimental en moins. Quand on travaille l’identité visuelle et graphique, on parle beaucoup en amont, des références du titre, parfois je leur donne une idée précise à partir du titre, des paroles ou de l’atmosphère, et ensuite ils ont carte blanche. Ce qui est intéressant c’est qu’ils ne se cantonnent pas à une lecture très frontale de ma narration.

Wertn : Pourquoi l’anglais?
Lenparrot : Pour pouvoir se cacher. Avec Antonin Pierre (guitariste de Rhum for Pauline) on a fait la souterraine au Lieu Unique, un set exclusivement en français, et je me rends compte que le timbre est différent. C’est aussi de mon influence, j’ai grandi par la culture américaine et britannique. J’ai envie de m’inscrire dans une vague de pop en anglais, parce que je trouve que la langue sonne différemment, je trouve ça agréable. Et cette langue est internationale, elle voyage.

Wertn : Tu as eu l’occasion de jouer à l’international?
Lenparrot : Une fois oui j’ai joué dans un festival avec Julien Gasc (@ Tower Hamlets Cemetery Park, Londres / 28 juillet 2015). C’est génial comme expérience, il a quelque chose d’être français, de jouer majoritairement en France et de jouer en anglais, le public peut rester dans le flou. Quand j’ai joué à Londres, les personnes pouvaient potentiellement tout comprendre, c’était assez grisant.

Wertn : Qu’est-ce que tu veux dire par pouvoir se cacher?
Lenparrot : Trop souvent, je trouve que le public français te catalogue un peu hâtivement, t’estampille « chanson à texte ». Je dis que je fais de la « pop minimale » et en anglais ça passe, tout le monde s’en accomode, je ne pourrais s’en doute pas dire la même chose si je chantais en français.

Wertn : Tu parlais d’une voix un peu r’n’b, est ce qu’il y a une référence à D’Angelo?
Lenparrot : Une référence je ne sais pas, mais c’est quelqu’un que j’estime beaucoup. L’album Voodoo (2000) est un chef d’oeuvre. Peut-être de manière encore plus évidente, parce que je l’ai pas mal écouté, mais il y a plusieurs années, je pense que la dernière grosse gifle en date de ce style un peu new soul r’n’b c’est l’album Channel Orange (2012) de Frank Ocean.

Wertn : Est-ce que toutes tes influences quand tu étais enfant, les jeux videos, la musique, les outils, les livres, ont inspiré ton projet sur Lenparrot?
Lenparrot : Bien sûr. Pas tant pour les jeux videos, j’ai jamais été un gamer.

Wertn : C’est peut-être pour ça que tu n’a pas trop l’attrait musique électronique?
Lenparrot : Oui oui peut-être. J’ai jamais trifouillé ma Super Nes ou ma Game Boy pour faire de la musique. La musique a toujours été ma source d’inspiration majeure, ma source de création. La découverte de Queen quand j’avais cinq ans a été un truc qui m’a bouleversé la vie. Oui, je joue avec des réminiscences, avec des souvenirs, il y a plein de choses de cet ordre là. Même mon adolescence, même si je suis pas très vieux. En effet des lectures, il y en a. Les romans graphiques de Daniel Clause, ça fait parti des choses qui m’ont marqué dans l’univers qu’il déploie, les choses qui sont racontées et la manière très pragmatique de l’écriture. Mais pour parler de choses complètement irréelles, un monde un petit peu cauchemardesque, toujours un peu à la lisière un peu comme dans les romans de Charles Burns aussi je trouve ça super.

Wertn : Tu as débuté avec quel instrument étant enfant?
Lenparrot : Mon premier instrument a été le piano. Après j’ai fait de la percussion pendant très longtemps. Je pense que je serais un piètre batteur aujourd’hui mais pour autant je crois que c’est aussi le fait d’avoir joué des percussions et de la batterie qui m’a amené à mettre beaucoup d’importance dans l’articulation des parties rythmiques de Lenparrot. Ce jeu un peu, comme si il y avait une structure carrée devant toi et que tu t’amusais à démembrer pour en faire quelque chose de volontairement bancal. Je trouve ça toujours plus intéressant qu’un deux quatre tout bête.

Wertn : Sous quel format est sorti Naufrage, ton nouvel EP?
Lenparrot : Aquoibinism qui est mon premier EP est sorti en cent exemplaires K7, il a été épuisé très rapidement en un mois et demi, car je crois qu’il y a un attachement à l’objet. Naufrage est sorti accompagné d’Aquoibonism en face B sur vinyle. Le double EP s’appelle Naufrage/Aquoibonism.

Wertn : D’autres projets?
Lenparrot : Je commence à façonner un premier album. Aujourd’hui j’ai la moitié ou les deux tiers (huit, neuf titres) de ce qui pourrait être un premier album mais j’aimerais avoir un peu plus pour pouvoir faire le choix et articuler les choses correctement.

Wertn : Tu sembles aller vraiment vite dans la création?
Lenparrot : Oui, je me trouve plutôt productif ces temps-ci, c’est aussi la résultante de ce projet là, c’est que Lenparrot est né de la nécessité vitale d’écrire – sans emphase. Quand je m’y suis remis ça a été très productif très vite. Il y a eu une sorte de remise à niveau, j’écrivais un morceau tous les deux mois, puis un morceau par mois, et puis là en ce moment je suis plutôt à deux titres par mois, quelque chose comme ça.

Wertn : Quel est ton rythme de vie?
Lenparrot : J’ai travaillé dans un café, le Bar du coin à Nantes pendant trois ans et demi, où je m’occupais aussi de la programmation musicale, avec toujours Rhum for Pauline et Pégase en parallèle. Donc j’alternais avec mon job à deux tiers temps et les tournées. Je commençais à me sentir freiné par mes heures au taf’, alors j’ai arreté en mars 2015 et j’ai tenté d’avoir mon statut d’intermittence, que je vais obtenir la semaine prochaine.

Wertn : Donc tu es à 100% dans la musique depuis un an.
Lenparrot : Oui, ça a été une année particulièrement rêche financièrement, parce que je n’ai pas su me réduire au niveau de mon rythme de vie, et avec mes 1300€ en moins, ça a été un peu catastrophique. Mais ça va aller mieux et je sais que j’ai fait le bon choix, là ça va être plus simple. C’était une prise de risque, qui est payante. Aujourd’hui je me sens plus apaisé, mais on se serait vu il y a encore trois semaines, un peu moins, c’était un peu le revers de la médaille, j’avais tout mon temps, mais par contre, les soucis financiers – aussi temporaires soit – m’ont vraiment rongé. Ce n’est pas agréable d’être tout le temps sur le qui vive. C’est aussi cette prise de risque assumer d’être pleinement artiste c’est aussi se mettre en danger, c’est ce que je voulais depuis toujours. Depuis que j’ai 5 ans j’ai toujours dit à ma maman que je serais Freddie Mercury.

Wertn : Tu avais d’autres passions?
Lenparrot : J’ai fais pas mal de théâtre, avant de faire grandir mes projets musicaux, j’ai pensé à devenir comédien, mais non, je crois que j’ai toujours voulu faire ça et je me suis toujours débrouillé pour me dire que je ne serais bon qu’à ça, je me suis pas laissé trop d’autres choix. Et pour revenir sur le fait d’être artiste chanteur, tu peux pleinement en prendre la mesure et l’assumer que quand tu décides de t’y mettre.

Wertn : Est ce que tu aimerais écrire, composer pour des films?
Lenparrot : Je me suis plus ou moins frotté à l’exercice une fois, avec un ami, Cyril Pedrosa qui est un dessinateur de bande dessinées. Il m’avait confié l’arrangement de la musique d’un petit court métrage qu’il avait écrit et réalisé. J’adorerais en faire d’autres, c’est un superbe exercice. Je pense visualiser mes chansons avant de les écrire et de les arranger, je pense que c’est ça aussi qui se ressent dans la musique que j’écris et ce serai super intéressant d’inverser la tendance, d’avoir les images devant moi et de devoir trouver des accords sonores musicaux qui puissent s’accorder. Félix Amadeus, qui a réalisé Les yeux en cavale, a différents projets de courts métrages en ce moment et je pense à plus ou moins long terme l’accompagner dans ses projets.

Wertn : Quelles sont selon toi les meilleures conditions pour écouter ton EP?
Lenparrot : Ce n’est pas idéal en musique de fond, sans vouloir paraitre prétentieux, c’est une musique qui requiert une certaine attention. C’est un bel objet donc je dirais en premier lieu en vinyle, seul, avec des amis ou quelqu’un qu’on aime, un dimanche matin au réveil, avec un café, la fenêtre ouverte, il fait beau… Ou au casque c’est une bonne expérience car il y a un réel travail d’épure dans l’arrangement et donc il y a une part assez conséquente sur la notion du silence et du dépouillement dans la production.

Wertn : Est-ce que tu écoute ton EP spontanément toi-même?
Lenparrot : Parfois oui ça m’arrive peut être une fois par semaine, mais je ne sais pas si je répondrais la même chose dans un an. Mais oui, parce que je ne peut pas m’empêcher de trouver l’objet hyper beau et d’en être très fier et très heureux.
Mais j’essaye vraiment d’avancer, d’avoir peut-être une dizaine de titres, en fait idéalement, je me fixe quatorze – j’aime beaucoup ce chiffre – pour réduire un peu et en avoir dix, onze, et pouvoir me dire que je vois à peu près où se situe mon premier album. Je pense y arriver d’ici le mois de mai, et alors je partirais à la chasse aux subventions pour le produire là où je veux avec les personnes dont je rêve.

Wertn : Comment ça se passe pour toi quand tu composes?
Lenparrot : ça peut venir n’importe où, n’importe quand, mais c’est souvent dans mon salon sur mon piano que je peaufine et finalise les morceaux que j’écris. Le dernier morceau que j’ai écris, on jouait sur France Inter, on était Olivier et moi morts stressés, et ils ont eu la bonne idée de mettre un piano dans les loges. Pour essayer de me canaliser j’ai commencé à jouer un peu, il a quelque chose qui s’est passé, avec Olivier on s’est dit « Mais c’est pas mal ça! ». Je suis rentré à la maison et le lendemain je l’ai enregistré. J’étais super content. ça m’a permis d’ouvrir un peu les vannes car je commençais à ressasser un peu deux, trois titres que je sais être bons, mais je suis paradoxalement assez lent pour les sortir. Il faut que les morceaux m’accompagnent pendant une certaine période, que j’y pense et y travaille beaucoup, avant que je décide qu’ils soient terminé.

Wertn : Si tu devais mettre une couleur derrière ton projet?
Lenparrot : Mes couvertures sont en noir et blanc, alors je dirais entre chien et loup, c’est pas la nuit noire et en même temps c’est pas « braod daylight » non plus. Il y a une teinte de la fin de journée super ensoleillée, début de soirée. Et ça se retrouve assez bien dans le travail d’à deux doigts, il y a une certaine noirceur mais c’est pas désespéré et dans les travaux esthétique des filles c’est assez coloré, mais derrière les couleurs très vives, on sent qu’il y a quand même une tension, une certaine angoisse, c’est un entre-deux.

Wertn : On a écouté l’émission radiophonique Broken Art Club, tu avais déjà composé Dévot à l’époque?
Lenparrot : Cette émission était un superbe exercice. ça s’est fait en deux temps, comme je vous le disais entre le moment où j’écris au piano et le moment où j’enregistre, je laisse toujours un peu reposer, pour améliorer, tenter d’aller un peu plus loin, souvent, la première mouture est la bonne, mais j’ai toujours le choix d’aller taper dedans. Par contre je n’avais pas encore arrangé Dévot donc il y avait la base du piano-voix mais je ne savais pas encore trop où j’allais l’emmener. Je l’ai envoyée à Christophe et Félicie qui s’occupent de l’édition. Et quand je suis revenu à Paris, ils l’ont écoutée et m’ont demandé de leur envoyer une première version un peu arrangée.

Wertn : Tu as beaucoup de concerts prévu?
Lenparrot : Ce qui vient ensuite c’est au Manoir de Procé à Nantes le 3 avril. J’en ai une dizaine jusqu’en juin, j’espère aller à des festivals cet été. J’aimerais en faire plus, mais c’est déjà bien.

Wertn : Qu’est-ce que tu vas faire maintenant que cette interview est terminée?
Lenparrot : Je vais prendre l’apéro’ avec Lola, Arnaud et d’autres copains.